Go to Top

Consultants – enseignants

Enseignants

Karine ADAM – PRCE Economie – Gestion

L’opération Créa me permet chaque année de travailler avec les étudiants dans un contexte moins formel que les cours. J’apprécie particulièrement la proximité avec les étudiants, et les voir sous un autre jour modifie mon regard sur eux. Cette action pédagogique est riche en contacts professionnels et pleine d’humanité.

Frédéric HERVE – Vice-Président aux Affaires Patrimoniales

La dynamique de projet (groupe cabanes perchées dans les arbres) était très professionnelle tant pour les conseils des consultants que pour l’investissement des étudiants.

Audrey VERLAQUE – MCF Sciences de gestion

L’opération Créa 2017-2018 n’a pas été simple pour les étudiants que j’accompagnais. Après des débuts difficiles, il leur a fallu changer une première fois de projet, et réorienter ensuite régulièrement le second projet. Dans ce contexte, le lien d’échange avec les étudiants a été
riche. J’ai endossé auprès d’eux un rôle d’accompagnant, de coach, et c’est ce que
j’apprécie particulièrement dans cette opération.
Bilan de l’opération : des étudiants fiers de leur parcours, et pour moi, un bouquet de fleurs
de remerciements de la part des étudiants et l’envie de recommencer l’an prochain.

Florence VERON-GUIGNARD – PRCE Economie-Gestion

Mon expérience de 20 ans de CREA
Pour nos étudiants c’est l’occasion rare et riche de sortir du cadre du programme TC et d’être invités à aller plus loin.
Pour moi c’est chaque année l’occasion de travailler autrement avec nos étudiants en petits
groupes, en délivrant des conseils individualisés. C’est aussi la possibilité de nouer des échanges fructueux avec les partenaires extérieurs et les créateurs d’entreprise.
Une expérience humaine qui nous rapproche.


Consultants

Dès le début de l’opération Créa, les consultants extérieurs (avocats, notaires, chefs d’entreprises, experts comptables, banquiers, conseillers en communication…) ont répondu présents. C’est même eux qui ont poussé les enseignants à aller plus loin dans le projet. En effet, ils croyaient dans l’outil pédagogique, qu’ils avaient envie de tendre la main à de jeunes gens en leur transmettant un peu de leur savoir.

 

  • M. Cornec, Expert-comptable.

“Une de nos missions est de pointer les incohérences de certains projets. Notre travail d’experts-comptables est de mettre en avant l’importance des chiffres dans le montage d’un dossier. Nous savons que la comptabilité n’est pas le fort des étudiants en techniques de commercialisation mais notre expérience doit leur prouver que c’est un domaine qu’ils ne doivent pas négliger. En tant qu’experts comptables, nous savons ce qui est possible ou pas. Nous maîtrisons toutes les situations et nous savons qu’une bonne idée ne suffit pas à faire un bon projet. Certains créateurs, sûrs d’avoir trouvé un créneau porteur, tablent sur de gros prévisionnels absolument pas réalistes. Notre rôle c’est de recadrer les choses, d’expliquer, de tempérer une certaine fougue. Au-delà, cette collaboration nous permet de rencontrer des jeunes, de sortir de nos cabinets, d’aller à la rencontre d’autres professionnels et d’échanger sur différents  domaines. C’est une expérience passionnante.”

  •  M. Favennec, CCI.

 “Dès le départ nous avons trouvé l’idée intéressante. L’université s’ouvrait à l’entreprise et il ne fallait pas manquer l’invitation. La démarche a, à notre sens, un impact positif sur le créateur. C’est aussi un excellent moyen d’assurer une image valorisante de la création d’entreprise. Chacun voit que c’est possible, qu’on peut sauter le pas dès que l’on sait s’entourer d’un réseau de compétences. C’est à nos yeux un outil pédagogique novateur, un apprentissage du travail en groupe qui s’adresse aussi bien aux étudiants, qu’aux porteurs de projets ou même à nous professionnels. Il faut néanmoins veiller à ce que cette opération ne devienne pas un outil marketing. La notion de bénévolat est pour moi essentielle dans ce concept extrêmement formateur pour les étudiants. Ils ont la chance d’apprendre à travailler en groupe de façon autonome. Ils apprennent la gestion des conflits, le partage de compétences, l’autonomie dans la prise de décision… A nous, cette opération Créa offre une vraie cure de jouvence. Elle nous met aussi des coups de pieds aux fesses. Les questions parfois naïves des étudiants révèlent bien souvent des problèmes de fond, des points que nous avons perdus de vue. C’est une remise en question de nos propres méthodes de travail.“