La 32e édition de Créa-IUT est officiellement lancée. L’occasion pour des groupes de sept à huit étudiants de se lancer dans seize projets de création distincts. Et de passer de la théorie à la pratique.

Il y avait une soixantaine de personnes, hier en fin d’après-midi, dans une salle du bâtiment C de l’IUT : la promo des étudiants en Techniques de commercialisation, la majorité des seize porteurs de projet mais également les différents partenaires commerciaux, financiers et juridiques appelés « fils rouges » et deux élues quimpéroises qui ont écouté les projets de création avec intérêt. Il s’agit cette année de la 32e édition de Créa-IUT, une formule qui a déjà fait ses preuves. « Sur une quinzaine de projets de création, environ six ou sept aboutissent par la suite », explique Frédéric Le Duigou, chef du département Techniques de commercialisation. « L’année dernière, il y a eu deux créations directes, dont un bar-glacier à Douarnenez », ajoute-t-il fièrement. « Le projet de Créa-IUT a été lancé par Jean-Paul Cap en 1983 et s’est développé aujourd’hui, de près ou de loin, dans 70 IUT en France », précise Hervé Legoff, responsable de projet. C’est donc bien une initiative quimpéroise, qui a donné lieu par la suite à un concours national : « Sur treize éditions du concours national de Création-IUT, onze ont été remportées par des étudiants quimpérois ». Avec une bourse de 1.000 EUR à la clé pour les lauréats. Hervé Legoff a rappelé, hier, que ce projet repose sur deux fondements : la non-concurrence et la gratuité. Après la signature d’une charte de confidentialité, les participants sont entrés dans le vif du sujet : les projets en eux-mêmes.

/ Théo du Couëdic /
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/crea-iut-etudiants-et-porteurs-de-projet-main-dans-la-main